Une goelette

Ma photo
grece, mer égée, Greece
A la retraite ,parti conquérir le monde ,me trouvant bien partout ,je ne crois pas en faire le tour.

mardi 20 février 2018

Jour de pluie


Jour de pluie.


Le carnaval est fini, les cerfs volants sont repliés.
La peinture intérieure sur les réparations est faite et la salle de bain en cours de finition tout en panneaux démontables pour permettre à l’avenir de venir faire des visites de contrôle.











La ligne de flottaison repeinte j’ai investi dans de l’époxy nette différence sur l’aspect ca me donne confiance pour faire la même chose sur le pont .La piste de jeu est prête plus qu’à attendre le soleil.










Sinon mon nouveau passe temps est l’adoption d’un bébé Smartphone. Formidable petite chose, qui me fait comprendre pourquoi dans la vie de chaque jour je croise une multitude de personnes qui ont les mêmes difficultés que moi et n’osent lâcher ou quitter des yeux  la chose de peur d’une bêtise ou d’une réaction  inappropriée de l’aliène.




Acquisition   internet, arrivé en droite ligne de Hongkong après un trajet d’un mois d’attente  livré en France alors que j’en étais parti, je l’ai finalement reçu au pied du bateau grâce aux bons soins de TontonTataetcopains.
Déballé en grande hâte, heureux d’avoir le mode d’emploi en Chinois intégral je lui ai apporté les soins nécessitant pour le ranimer sous perfusion électrique. Au rythme de ses pulsations lorsqu’elles sont devenues vertes j’ai compris qu’il était rassasié.
Sur le coté deux boutons dont un est le bon pour réveiller Smart, l’écran s’allume, clignote, s’initialise et finalement se fixe en me dévoilant une magnifique photo d’une pagode ou temple Chinois le tout agrément d’instructions dans la langue du propriétaire de la pagode. Me voilà bien, moi qui n’arrive pas à aligner deux mots d’Anglais il va falloir que je me mette au Chinois pour téléphoner.
A ce stade me voilà avec l’aliène dans la main les yeux rivés sur se qui se passe dans les 10 cm2 d’écran. Il me demande par dessin de lui introduire mes SIM, il les veut Nano moi elles sont mégalos, Qu’a cela ne tienne je taille à coup de ciseau  et je réussi à lui installer. Du coup il lui faut les codes.
Une fois installé le miracle espéré n’a pas lieu il cause  toujours Chinois. La vie va être dure entre nous.
Je tâtonne et miracle au bout d’un certain nombre de fois  je tombe sur une sorte de liste je choisi une ligne au hasard  et là le début du miracle je ne suis plus en Chinois et arrive à deviner le mot Français. Ca y ait Smart parle presque comme moi.
Ca passe vite une matinée !
Nous pouvons dialoguer. D’assistant je deviens assisté, il me propose de faire mes premiers pas. Je préfère m’assoir pour les faire. Nous faisons connaissance, comment je m’appelle, mon adresse mail, mon identifiant, puis là il veut une connexion wifi, je ne peux pas te la donner  ta ma SIM dans le bide c’est elle qui fait internet.
Dialogue de sourds, il grelotte, vibrotte. Toute la nuit   il a sangloté.
Finalement au petit matin j’ai cédé. J’ai été boire un coup dans  un bar et lui ai offert  son point Wifi.
Il a accepté mon pédigrée et maintenant nous sommes connectés pour le meilleur et pour le pire. Bien que !! La route va être dure.
Comme des millions d’adopteurs dompteurs mes frères je ne le quitte pas des yeux.
Mais je suis très rassuré, maintenant je sais que Google m’a en laisse, il sait où je me trouve se que je fais, quel trajet j’empreinte, le temps qu’il fait, qu’elle musique j’écoute, avec qui je parle.
Vive la liberté.



dimanche 28 janvier 2018

Le retour........encore!!!!





Ben voilà je suis là. Je suis revenu. Pas de quoi en faire un plat.











Comme un amant aimant attiré par la peau métallique de Matins Bleus je suis de retour en Grèce pour la ixième fois .Personne n’est venu me cocufier en faisant des caresses peinturluresques sur  les flancs de mon vaisseau, tout pour moi quelle chance. Bien que dans l’occasion j’étais prêt à partager.










N’en parlons plus, reste plus qu’à agir. Vaste programme, reconstruire la salle d’eau, changer la vue du jacuzzi, et de la baignoire à bulles. Après les priorités arriveront dans l’ordre. Pour les détails voir un temps de délais d’exécution. L’important c’est de flotter.








Et mon séjour en France ? Impeccable que du bonheur . Moi qui ne sais pas se que je vais faire dans l’heure qui suis ; j’avais tout programmé comme un horaire SNCF (je ne sais pas si c’est une référence).
Mon tour de France aura été plus cours je ne suis pas passé par le Sud Ouest délaissant mon pèlerinage Basque et Tourangeau.









Noël à Lyon où une partie du Sud Ouest était présente ; Jour de l’an en Seine et Marne en présence de Frédéric.















Ensuite je suis descendu chez Rodolphe et remonté vers Merlette en bonne compagnie pour rechausser les skis de pistes et voir que la souplesse que je n’avais pas il y a vingt ans ne c’est pas améliorée. Mais je l’ai fait sans me casser.










Retour à Salon pour faire le plein de potion, les doses augmentent heureusement que j’ai le Jumpy pour charrier mon bardas.

En forme pour demain, j’attaque le boulot je ne sais pas par quel bout, mais j’y fonce.

lundi 25 décembre 2017

         Excusez moi du retard pour vous présenter mes meilleurs vœux pour 2008.

                                    Comme je suis dans les temps je vous souhaite une


2018

samedi 16 décembre 2017

Transhumance 2017



J’ai abandonné Matins Bleus après une course contre la montre pour qu’il soit en bonne condition pour passer  les fêtes  enfin lui il s’en fout .Le trou est ressoudé un apprêt est passé . L’avant a eu ses quatre couches de peinture. Les plexis des capots changés.










Le camion est revenu de sa révision  avec de beaux triangles avant. Effectivement  sa blingbling moins. Dévoué le mécano copain de Pétros  il est venu de la banlieue d’Athénes le chercher Dimanche et me le ramener à 21h le lundi. Il ne m’a pas fait le coup de « avrio ».









En route vers Patras ,j’ai été surpris de constater que les friches industrielles se repeuplent et de voir un trafic important de cargos devant le Pirée . Les entreprises viendraient elles profiter des bas salaires actuels. ?
L’autoroute de Corinthe est terminé complètement après des années de travaux, il va être doublé avec une voie ferrée en construction actuellement.
Un peu d’espoir je le souhaite pour les Grecques.
Ancone arrivée dans les temps après une nuit passée en discothèque silencieuse où j’ai fait banquette , direction Bologne pour passer la nuit confortable dans un hôtel pas trop mal « Hôtel Impérial » que j’utilise depuis quelques temps.




Skopelos















 Beau temps pour rejoindre l’Hexagone, dés la frontière passée on est dans le bain les CRS font leur boulot devant la barrière de péages. Les panneaux d’interdiction sont plus lisibles pour moi, le paysage s’estompe mes yeux essaient de contrôler  le compteur de vitesse en fonction des aberrations réglementaires ,exercice très difficile que de devoir se focaliser uniquement sur le gagne pain des radars et oublier tous ce qui se passe autour.

De barrières de péages en péages chaque ville a la sienne comme l’octroi d’entant j’arrive enfin à Salon de Provence.
Comme chaque année j’entame mon tour de France qui cette année sera plus cours , je n’irai pas dans le Sud Ouest. J’ai loué une petite maison proche du bateau en Grèce elle est bien située je voudrai en profiter et peut être en faire profiter ceux à qui je ne pourrai rendre visite.
Bientôt les fêtes que je souhaite à tous bonnes.


A l’an prochain si vous le voulez bien.

mercredi 29 novembre 2017

Envie d'écrire






Envie d’écrire. Pas le temps














Et pourtant, chaque jour apporte ses joies et ses peines.












Peu de travail à faire sur le bateau d’après mes prévisions.












Démonter les panneaux de pont, chose prévue de longue date et murie dans mon esprit.













Les joints sont secs il faut les changer. Il y a des fuites, normal un cadre droit sur un pont arrondi.















Donc démontage du tout, fabrication d’un cadre en bois ajusté à la courbure du pont.  Joint de la bonne marque qui colle tout. Isolation du cadre de l’électrolyse présente qui commençait à le ronger.
Bien évidement il faut tout démonter à l’intérieur.








Deuxième panneau, les ennuis commences rouille et coulure de flotte, big problème je me retrouve devant une pustule de rouille que je fais sauter, je peux voir dehors. Démontage ou cassage des alentours, 










la salle de bain se retrouve en morceau, je pique je pioche dans tout les coins avec le beau pistolet à aiguilles que j’ai après bien des hésitations acheté. Rien n’est épargné un deuxième trou voit le jour.









Heureusement j’ai comme voisin un bateau Allemand en acier dont le proprio est spécialiste en soudure. Et qui pour l’occasion me prend en charge pour mon éducation de soudeur et surtout pour faire le boulot.
Finalement les trous sont bouchés par des plaques découpées.
Je peux vaquer à mon programme initial en rajoutant peinture des fonds des zones ouvertes.
Le travail avance doucement mais surement.











J’adopte la philosophie de mon voisin, un trou ce n’est pas grave tu coupes et tu remets un morceau c’est comme çà un bateau en acier.Ca peut durer longtemps. (Bon c’est mieux quand on sait souder).











Sinon rien à dire d’autre je suis bien installé dans la petite maison que je loue proche du chantier.
Les barbecues sont fréquents et abondants.
L’ambiance est bonne.



La peine ; ben je crois que c’est celle
 « de l’ouvrier charpentier » ??????
 Il faut courir. 

mardi 31 octobre 2017

Si vous voulez vous fendre la gueule ,faîtes de la voile








Décalage horaire j’arrive à Oropos à la nuit avec mon bateau.
Une belle place cul au quai,le bateau est prêt pour l’accostage.






Je recule sans problème ,la passerelle réglée pour la hauteur du quai , sur le quai une voiture stationne . La passerelle devient un problème si je recule de trop je rentre dans la voiture avec..
Marche avant , la chaine devient moins rigide le bateau se déporte sous le vent et un hauban vient se coincer dans la passerelle du caïque voisin qui est en long. Je vais régler la chose en dégageant le hauban et là le drame.




En dégageant le hauban la passerelle me percute en pleine tête. Je crois transpirer je suis aveuglé, se n’est pas de la sueur mais du sang qui pisse abondament.
Il me faut reprendre et finir la manœuvre, je me mets au bout du quai ,amarre le bateau.
Je constate les dégâts sur mon minois.Une belle ouverture sur le crane qui ne me laisse aucun doute sur la nécessité de recoudre la chose,je désinfecte la plaie et m’enturbanne la tête, ca continu de saigner bizarre !! j’ai le nez qui servait de gouttière qui est esquinté aussi.



Mon sac à dos avec mon dossier médical,les papiers du bateau, un change au cas ou.
Direction le bureau des Coast guards.
Il fait nuit quand je pénètre dans leur bureau. Pas besoin de faire un dessin, ils comprennent la situation.
Appel d’une ambulance et en attendant l’arrivée de celle-ci décryptage des faits et de la situation. Le bateau est pris en compte.
En 10minutes les premiers secours sont là , le pansement est retiré la plaie nettoyée même diagnostique il faut recoudre .


Nouveau pansement et en route pour la suite un hôpital. Pendant le trajet complément de procédure  avec tout le questionnaire et les questions d’usages, Je vais bien ,j’ai pas perdu connaissance, j’arrive à écrire mon nom, j’ai des médicaments ,j’ai pas d’allergie etc….
Un hôpital dans la nuit proche d’Athènes. Une infirmière de garde, un coup de téléphone ,trois minutes après un docteur est là, palabre avec les ambulanciers pour être aux faits de la situation  , dés empaquetage  de mon crane . Même constat, autre coup de téléphone. Nettoyage de la plaie.




Arrivée des renforts deux femmes arrivent tout le monde est d’accord. Six personnes autour de moi.
Mise en position du champ de manœuvre, défrichage du cuir chevelu et couture.
L’ambulancier me demande si j’ai une assurance, je fouille dans ma poche et lui sort ma carte Européenne pendant que l’autre continu sa couture. La carte les amuse, il me la rend .
Mon nez est remué dans tout les sens non il n’est pas cassé.
Une ordonnance est remise à l’ambulancier qui me ramène à Oropos  arrêt à la pharmacie pour une piqure antitétanique faîte sur place et des antibiotiques.





Dernières recommandations de se que je dois faire. Pas boire d’alcool ,pas beaucoup manger, pas lire ,pas de télé , pas d’ordi. Comme je suis seul, appeler un ami qui dois me téléphoner régulièrement pour savoir si je vais bien .Yannis de Marmaris s’y colle .
En trois heures ,j’ai pu constater qu’avec peu de moyens ,j’ai été pris en charge par des gens performants qui se sont occupés de ma personne avant toutes considérations administrative.
Je remercie tout ces acteurs qui m’ont secouru.


La voile s'est épatant surtout pour le nez.


jeudi 19 octobre 2017

Vent d'ange et glou et glou





Il faut penser au retour vers l’hiver ; bien tanké et calé à Skopélos profitant du temps de fin de saison plutôt clément cette année. Je vadrouille entre le Nord et l’Ouest de l’ile en fonction des conditions de la météo.








Et puis le temps des châtaignes est arrivé, petite récolte je me ramasse les miettes laissées  par ceux qui sont plus matinaux que moi ou peut être les chèvres qui elles n’ont pas d’horaire.
Pour les noix ce sont les espèces  de corbeaux qui font la récolte, ils en cueillent une et la relâchent  en vol sur la route où elle vient se fracasser.







Les coings pourrissent par terre. La cueillette des olives commencent.
Pas très maritime mes constatations.












J’ai changé les tongs contre les chaussures de rando et en compagnie d’Andy et ses Amies nous arpentons les sentiers. Entre plages, balades, tavernes et parties de cartes endiablées il y a de quoi passer son temps.










J’ai même découvert un vigneron sur Skopélos et assisté au sous tirage du vin, pas trop de différence avec la France, le monde vinicole s’exprime avec un verre à la main, il faut goutter, regoutter pour être sûr, l’erreur n’est pas permise. Je m’applique dans mon verdict.











L’arrière saison a un goût un peu magique, faire parti des rares privilégiés encore présent  pour vivre se repliement de l’ile sur elle même.
L’hiver va venir çà s’est sûr, mais quand ?
Il va falloir que j’y aille. Bof. Peut être la semaine prochaine.




SUITE :
Ca y est j’y suis J’ai quitté Skopélos ,une belle navigation vers le Sud d’Eubée que j’interrompt à Kymi pour y laisser passer la queue du coup de vent ,accueilli par de fortes rafales qui ne facilite pas l’amarrage dans ce port récemment  bétonné avec des boudins de caoutchouc partout pour la joie des coques qui s’y frottent et des points d’amarrages espacés de 50 mètres. Enfin, j’ai fait le détour, je me colle entre deux boudins et vais porter mes amarres raboutées.
La nuit fut courte entrecoupée des manœuvres des chalutiers, gros bestiaux impressionnant de les voir ce coller au quai dominant de leur masse mes panneaux solaires, de vrais virtuoses de la mer.
A quatre heures du matin départ vers la suite le Cavo d’Oro. Décollage délicat du quai.
Dehors le vent est maniable, je suis sous grand voile seule, vent arrière, je préfère que de voir un génois se balader suivant les mouvements des vagues. L’allure est bonne.
Le Cavo d’ Oro m’arrive même pas besoin d’empanner, je suis pris par le courant et les rafales des hauteurs. Puis le calme arrive pour me retrouvé sans vent pour la fin du voyage.
La baie de Karisto passée, je retrouve le vent comme toujours dans ce passage, je vais mouiller sous les rafales à la tombée de la nuit.

Bonne nuit qui devient rapidement calme avec la tombée du vent .Je suis à 3 milles de Néa Marmari.